Partagez | 
 

 Titre en construction. (Akiyama Hiroshi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
AuteurMessage
Hiroyuki Daisuke
avatar
Messages : 69
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: Titre en construction. (Akiyama Hiroshi)   Ven 24 Mar - 19:00

Pourquoi avais-tu cru un instant que tu aurais pu mentir à Hiroshi ? Il te connaissait comme personne ne le pouvait, mais, surtout, pouvait déceler toutes les variations dans ta voix et dans tes expressions. Tu avais été niais de croire qu’il aurait pu accepter comme seule excuse que tu avais besoin de toi, toi qui t’étais toujours tué à la tâche car rien n’importait plus que ton but qui se trouvait à porter de main. Tu t’étais négligé toutes ces années, certaines fois plus que d’autres, pour ce but précis et il était évident pour tous ceux te connaissant que tu n’arrêterais pas en si bon chemin.

Or, tu avais espéré, un moment, qui laisse passer et ne réplique pas. Après tout, il ne semblait pas être en état de se soucier et tu t’étais dit qu’il ne relèverait pas. Il n’était pas impossible qu’avec tous les événements des derniers mois, tu souhaites prendre un peu de temps pour toi-même. Du moins, aux yeux de beaucoup, cela était même normal. Or, aux yeux d’Hiroshi, qui te connaissait beaucoup trop, savait pertinemment que ce n’était pas le cas. Que tu n’aurais pas quitter la compagnie sans une excellente raison, ne serais-ce que parce que ton rêve était tout prêt et tu avais tellement fait, comme tous ceux du groupe, ces dernières années, pour y parvenir.

Son ton déplaisant ne t’échappe pas mais tu ne relèves pas. Tu ne pouvais pas t’attendre de lui qu’il soit d’une humeur joviale alors qu’il était forcé à être alité et incapable de se mouvoir sans sa chaise roulante. À sa place, tu aurais sûrement interdit quiconque de venir te rendre visite, pour que personne ne te voit dans cet état. Tu admirais ton ancien leader, en quelque sorte, de son courage alors que, malgré l’épuisement visible, semblait encore se tenir face à l’adversité. Ou, tout du moins, tu le percevais ainsi, alors qu’il était toujours là, pour toi, pour le groupe. Et tu pouvais comprendre l’espèce de lassitude qui se lisait sur ces traits, alors que la vie s’était contentée de le malmener pour finalement écraser et fracasser son rêve droit devant ses yeux. Tu pouvais comprendre, en quelque sorte, le pourquoi il se comportait ainsi et, bien malheureusement pour toi, tu ne savais pas quoi faire ou comment t’y prendre pour qu’il ait l’air un peu moins mal.

Tu préféras donc essuyer et passer outre, car, à défaut de savoir quoi faire, tu ne voulais surtout pas le prendre en pitié. Il avait besoin de support et certainement pas de pitié.

- Oui, je suis malade. Tu soupiras. Je suis anémique, que les docteurs ont dit. Je suis donc un peu en repos forcé, parce que mon rythme de vie était dangereux pour ma santé. Et j’ai décidé de prendre ça pour vraiment me reposer, mais, surtout, terminé pour contrat avec l’agence.

Tu en avais besoin, car, autrement, ton corps n’aurait pas suivi. Ta santé se détériorait à vue d’oeil, dans les derniers temps, et c’était soit la pause, soit le coma, et tu n’étais pas certain que la deuxième option t’enchantait. Et puis, avec les derniers agissements de la compagnie, tu en devenais presque malade, de travailler pour eux. De savoir que tu t’étais autant donné toutes ces années pour eux qui n’en avaient, au final, rien à faire de vous. Tu t’en doutais, par moment, mais l’histoire avec ton ancien leader, ton meilleur ami, avait été la goutte qui avait fait débordé le vase et tes limites avaient été atteintes.

Tu ne pouvais leur pardonner un tel manque de respect et de considération, tant pour le groupe que pour Hiroshi.

- Je n’ai pas trop eut le choix de faire une pause, mais je me dis que quitter l’agence n’était pas une mauvaise décision. Le groupe, il était bien, mais ce n’était pas le même, sans toi. Et puis, c’est peut-être l’opportunité de me lancer en carrière solo.

Tu savais que ce n’était pas de sa faute et tu ne lui en voulais pas du tout. Un terrible accident qui avait manqué de lui coûter la vie mais qui avait coûter votre groupe. Et, bien malheureusement, nul n’en était réellement responsable et tu étais simplement content de le savoir encore en vie.

- J’ai quand même recommencer à manger, mais j’le sens. J’ai des faiblesses, j’me sens pas bien, mon coeur palpite par moment et d’autres j’ai plus de souffle. Il fallait que j’arrête.

Bien qu’au final, ton arrêt était beaucoup plus temporaire que celui d’Hiroshi. Tu t’en voulais presque de lui partager ça. Il avait bien d’autres problèmes et n’avait pas besoin de devoir supporter les tiens en plus. Mais il avait insisté. Et tu avais tout simplement horreur de lui mentir.
Revenir en haut Aller en bas
http://temporaire.forumactif.com
Akiyama Hiroshi
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: Titre en construction. (Akiyama Hiroshi)   Ven 24 Mar - 21:23

C'est à ton tour de soupirer. Tu n'es pas vraiment surpris par la nouvelle, et tu n'as pas le coeur de prendre ton rôle de grand faire énervant et de lui lancer un ''Je te l'avais dis, tu devrais m'écouter parfois!'' comme tu le faisais autrefois. Les membres répétaient souvent à la blague que tu agissais comme un vrai père poule, en les sermonnant mais toujours gentiment. Tu restes cependant silencieux, puisque l'éclat de vie qui t'habite normalement n'est pas au rendez-vous. Cela faisais longtemps déjà que tu lui répétais que ses mauvaises habitudes pourraient devenir dangereuse pour sa santé, mais tu sais que Daisuke est le genre de personne qui a besoin de se frapper contre le mur avant de réaliser par lui-même.

Tu es triste qu'il se soit rendu là. Tu sens ton coeur se serrer dans ta poitrine alors que tu sens la culpabilité t'envahir. Si tu lui avais donné du support, ne serais-ce que pour l'écouter, il ne se serait pas mis dans un aussi sale état. Tu aurais pu le coacher, lui donner des conseils pour qu'il puisse assumer son rôle de meneur avec moins de difficultés. Mais tu ne l'as pas fais, car tu étais cloué au lit dans ce stupide hôpital qui sent l'antiseptique. L'espère d'un instant, tu redoutes d'avoir contribuer à ce que ton meilleur ami abandonne son rêve.

Pour ton accident, tu ne peux rien y faire. C'est la faute de la vie et des circonstances, malheureusement, mais même si tu essaies de te répéter que les choses sont comme elles sont, tu ne peux t'empêcher de ressentir une pointe d'amertume envers les supposées forces surnaturelles qui gouvernent ton monde. Selon toi, il n'y a pas de divinité. Après tous tes efforts et ton enfance difficile, la vie est cruelle de t'enlever la chose pour laquelle tu as travaillée si durement. Tu songes que tu as dû être une bien mauvaise personne dans une précédente vie pour te retrouver dans cet état. Pourtant, ces réflexions ne font que te faire sentir encore plus coupable. Tu sais que des gens vivent des choses pires. La guerre, la famille, la maladie. Et voilà que tu passes ton temps à te morfondre pour des blessures qui ne seront pas permanentes au bout d'un certain temps. Mais tu n'arrives pas à sortir de ce tourbillon noir.

Tu sors de ta tête pour finalement regarder Daisuke. Effectivement, il semble être un peu moins épuisé. Ça te rassure, d'un sens. Malgré ton sentiment de culpabilité, tu te dis que le groupe n'était peut-être plus la meilleure chose pour lui. Le fait qu'il ait réussis à se surmener ainsi et se rendre autant malade n'est qu'une preuve que l'agence est tranquillement en train de sombrer et tente de pousser ses artistes à bout afin de survivre.

- Je suis désolé que tu te sois rendu là.

Tu gardes pour toi que tes excuses ne sont pas qu'un simple ''désolé pour ta stiuation'', mais réellement des excuses puisque tu te sens en partie responsable. Tu soupires en l'observant, blessé par la situation. Deux amis depuis si longtemps, deux frères même, ayant travaillé si fort, qui se retrouvent à abandonner des rêves et buts aussi subitement.

- Tu as tout ce qu'il faut pour te lancer. Beaucoup d'agences seraient ravies de mettre le grappin sur toi, et tu risques d'être beaucoup mieux traité. Je suis désolé que tu te sois retrouvé avec toutes ces responsabilités... J'ai toujours cru en toi. Prends soin de toi.

Tu lui souris un peu faiblement, même si ton sourire est triste. Tu penses évidemment ce que tu dis, mais la réalité ne te fait pas plaisir. Tu sais que Daisuke est extrêmement talentueux et prêt à travailler pour réussir, même s'il ne fait pas toujours attention. Tu crois sincèrement qu'il arrivera à s'épanouir en tant qu'artiste solo, mais la perte de Kuso pèse tout de même grandement sur ton coeur. Tes paroles sonnent presque comme des adieux, même si tu n'as pas l'intention de bouger.
Revenir en haut Aller en bas
Hiroyuki Daisuke
avatar
Messages : 69
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: Titre en construction. (Akiyama Hiroshi)   Sam 25 Mar - 17:00

C’était difficile et tu te trouvais terriblement égoïste de te sentir ainsi. Après tout, il était celui ayant eut l’accident et il avait toutes les raisons du monde d’avoir cet air morose sur le visage et le regard vide. Or, il t’était difficile de rester là, de l’observer ainsi, alors que tu avais l’impression qu’il te voyait sans trop se soucier de ta présence. L’étincelle de vie qui l’habitait précédemment semblait avoir pris ses jambes à son cou, te laissait donc t’adresser à ce qui te semblait être une coquille vide, plus que l’ombre de celui qu’avait pu être Hiroshi.

Tu devrais être là pour le soutenir, lui faire savoir que tu étais effectivement présent pour lui. Tu ne pouvais cependant pas échapper à cette culpabilité qui grandissait en toi alors que les mots franchissaient tes lèvres et que tu parlais avec légèreté de la poursuite de ta carrière, seulement dans d’autres conditions. Tout comme les paroles d’Hiroshi te firent presque mal alors qu’elles étaient supposées, du moins, tu le croyais, te rassurer et te réconforter. Tu ne doutais pas un seul instant que tu aurais une certaine facilité à te faire embaucher auprès d’une autre agence, seulement, dit de cette façon par ton meilleur ami, tu croyais presque qu’il t’accusait de ton succès alors que lui ne pourrait malheureusement plus en faire autant. Tu le comprenais, en quelque sorte, mais tu ne pouvais t’empêcher de te sentir coupable et de soudainement avoir envie de t’enfoncer dans le sol.

Tu avais soudainement l’impression d’étaler ton succès devant lui avec toute l’arrogance dont tu pouvais faire preuve alors qu’en réalité, tu avais simplement cherché à le rassurer, à lui faire savoir que tu allais bien et qu’il n’avait pas à s’inquiéter pour toi. Certes étais-tu malade, toutefois, tu allais prendre le temps nécessaire pour t’en remettre. Tu n’avais pas le choix, de toute façon. Ton rêve serait d’autant plus loin si tu te retrouvais mort.

- Tu n’as pas à être désolé, ce n’est pas ta faute. Et cela me rassure de savoir que tu as toujours cru en moi.

Tu te relèves, mal à l’aise, bien que tu tentes de ne rien laisser paraître. Le sourire que tu lui renvoies est tout de même sincère, et ce, malgré le fait que tu ne sais plus trop où te mettre. L’état d’Hiroshi te déconcerte alors que tu ne l’as jamais vu ainsi, lui qui avait toujours été si vivant et si agréable. Tu ne le reconnais plus. Tu comprends, du mieux que tu peux, mais cela ne t’empêche pas de sentir la pression de la pièce te peser sur les épaules alors que ta présence semble presque l’incommoder. Les derniers mots semblaient même presque te signifier que la discussion était terminée. Du moins, c’était ainsi que tu le ressentais alors que son regard se détournait de toi et qu’il ne semblait pas du tout enclin à poursuivre cet échange.

- Je promets de faire attention et de prendre soin de moi. Je n’aurai que ça à faire, de toute façon, à partir d’aujourd’hui. Autant donc prendre ce repos bien mériter avant de m’embarquer à nouveau dans une aventure qui menace d’être éreintante.

C’était tout ce que tu trouvas à lui dire.

- Tu devrais sortir un peu. L’air frais te ferait sûrement du bien.

Tu lui adresses un dernier sourire avant de quitter la salle, le poids de la culpabilité venant s’écraser sur ta poitrine, t’empêchant presque de respirer. Tu devais sortir avant de trouver son regard trop lourd à supporter pour toi. Tu te sentais presque coupable d’exister, tout simplement, et ce, bien malgré toi, et sûrement bien malgré lui.

Tu n’abandonnais pas Hiroshi, pas du tout. Tu lui donnais un peu de temps pour se faire à sa situation, comme tu t’en donnais aussi pour remettre de l’ordre dans tes idées, mais surtout, pour te convaincre que tu n’avais pas à te sentir coupable de te tenir à ses côtés. Tu allais revenir, tout comme tu serais toujours présent pour lui. Seulement, tu avais besoin d’un peu de temps pour toi, pour prendre soin de toi et te remettre sur pied, faisant taire toutes les inquiétudes et les craintes qui te martelaient la tête.

Tu t’en voulais d’être aussi lâche et tu espérais seulement qu’Hiroshi ne t’en tiendrait pas rigueur. Au moins te réconfortais-tu dans l’idée qu’il était sûrement moins seul qu’avant et que les autres membres du groupe dont vous étiez précédemment membres lui rendaient régulièrement visite.
Revenir en haut Aller en bas
http://temporaire.forumactif.com
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Titre en construction. (Akiyama Hiroshi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Titre en construction. (Akiyama Hiroshi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 3 sur 3Aller à la page : Précédent  1, 2, 3
 Sujets similaires
-
» suite de la construction des 48 logements a livry gargan
» Préparation T4 & Relevé 1 Construction
» suite de la construction des 48 logements a livry gargan
» Construction - malle en osier
» Vend table de construction ...

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos choux :: Section RP :: Mystery Box-
Sauter vers: