Partagez | 
 

 Oh fxxk, not her again (Akiyama Hiroshi)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hashimoto Reiko
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: Oh fxxk, not her again (Akiyama Hiroshi)   Jeu 30 Mar - 23:53

Il s’y connaît dans le domaine. Il s’agit-là de la seule information que tu arrives à avoir à ce sujet, ce qui te laisse un peu sur ta faim. Tu as l’impression qu’il y a tout un monde à découvrir derrière ce regard d’ordinaire assez froid qui semble plus souvent perdu dans ses pensées qu’à regarder la réalité en face. Tu te réconfortais dans l’idée que tu en saurais sûrement plus en temps et lieu, et ce, quand bien même étais-tu particulièrement curieuse à son sujet.

- Je n’aurais jamais pu bien fonctionner dans un orchestre. Je suis beaucoup trop désorganisée, mon horaire est un véritable fouillis. Je n’aurais pas réussi à y survivre deux jours qu’ils m’auraient sûrement mis à la porte.

Si tu étais assez méthodique et appliquée dans ton travail, cela ne changeait en rien que tu étais incapable de travailler en équipe, pour la simple et bonne raison que tu aimais y aller à ton rythme. Tu avais envie de passer trente-six heures sans dormir et faire le montage de tous tes vidéos d’un seul coup ? Soit. Tu le faisais. Ou, à l’inverse, tu ne te sentais pas d’attaque et préférait encore t’écraser dans ton lit à regarder des animes ? Et bien, tu te le permettais.

Bon, tu te devais tout de même d’être à l’heure lors de tes enregistrements alors qu’à la base, ta chaîne youtube avait été pour partager ta passion avec les autres. Tu mettais donc en ligne une vidéo tous les mois, au minimum, où tu jouais au violon une chanson quelconque, qu’il s’agisse d’une de tes compositions personnelles ou encore une réadaptation d’une chanson populaire ou un medley d’une série en particulier. Il te fallait donc, dans ces moments-là, suivre un horaire assez stricte compte tenu que tu travaillais avec une équipe assidue. Mais il s’agissait-là du seul moment où ta vie se devait d’être gérée à l’heure près. Autrement, tu faisais bien souvent comme bon te semblait, entre les collaborations avec d’autres youtubers, tes “makeup tutorials”, tes “hauls” et ces vidéos presque inspirant de ce que tu pouvais bien manger dans une journée alors que tu avais une alimentation un peu particulière, ayant couper de ta vie toutes les viandes et ce qui pouvait potentiellement provenir d’un animal. Et puis, de temps à autre, au plus grand plaisir de tes fans, tu faisais quelques vlogs lors d’événements précis.

- J’ai une chaîne youtube, pour tout dire. Cela fait huit ans que j’ai commencé sur la plateforme, avec mon violon dans mon petit appartement du centre-ville. J’avais une caméra dégueulasse, le son était horrible et je te parle même pas de comment j’étais terriblement gênée et mal à l’aise. Mais je trouvais ça amusant donc j’ai décidé de continuer. Et aujourd’hui, et bien, je me fais toujours regarder un peu bizarre lorsque je dis aux autres que mon métier est d’être youtubeuse.

Un rire s’échappa de tes lèvres alors que tu avais bien conscience que dans la société, il ne s’agissait pas d’un métier reconnu et respecté. Tu ne pouvais pas en vouloir à personne. Tu trouvais, certes, un peu illogique que ceux à la télévision soient considérés comme des professionnels et que toi dans ton salon tu ne le sois pas, alors que bon, tu avais tout de même désormais une équipe et réalisais des choses assez impressionnantes, cependant, tu ne pouvais pas faire entendre raison à tous. Tu espérais seulement qu’il n’en vienne pas à juger ce que tu faisais, sans quoi tu serais assez déçue.

- Quand tu dis que tu es familier avec le domaine, c’est que tu en fais parti ou tu as des amis qui sont dans le milieu ?

Ton sourire est doux alors que tu inclines légèrement la tête. Tu es curieuse quant à savoir ce qu’il pouvait bien faire avant de se retrouver ici et tu as bien l’impression de détenir un indice.

- Pas que je me considère spécialement dans le milieu, hein. J’ai même refusé d’y faire partie, malgré les offres. L’invitation avait été tentante, sans compter que cela m’aurait offert plus de stabilité. Mais je préférais encore être libre de mes choix que de faire ce que d’autres me disaient de faire, tout ça pour un peu plus d’argent.

Tu t’étais toujours battue pour ta liberté. Et ce n’était pas demain la veille que tu allais échangé ce que tu avais durement gagner par la persévérance et bien des sacrifices pour quelques billets en plus dans tes poches.

- Ce n’était pas mon rêve, de devenir la petite poupée parfaite aux mains d’une compagnie qui se serait débarrasser de moi dès que je n’aurais plus été assez bien pour eux. J’ai quitté la demeure familial parce que je n’en pouvais plus de ce que mes parents m’imposaient, ce n’était certainement pas pour recommencer auprès d’une agence.
Revenir en haut Aller en bas
Akiyama Hiroshi
avatar
Messages : 41
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: Oh fxxk, not her again (Akiyama Hiroshi)   Ven 31 Mar - 0:26

Tu l'observes un instant avant de te dire que finalement, ça ne t'étonne pas trop. Tu ne penses pas ça de façon négative mais il est vrai qu'avec son attitude et juste ce qu'elle dégage en général, tu ne la vois peut-être pas avoir une position dans un orchestre, qui demande de se faire dicter par les autres, d'être très sérieux et surtout, beaucoup plus sobre en apparence. Tu la vois bien travailler d'elle-même sur Youtube avec son propre horaire et tu te doutes qu'en plus de faire de la musique, elle doit probablement faire des capsules sur la nourriture et d'autres trucs du genre. Même si elle a un peu trop d'énergie à ton goût et que sa personnalité semble être beaucoup plus explosive que la sienne, tu crois honnêtement que c'est quelque chose qui puisse facilement attirer les auditeurs.

D'un sens, bien que son parcours soit différent, il reste tout de même similaire au tiens. Vous avez tous les deux décidés de prendre votre vie en main d'une façon ou d'une autre en laissant le reste derrière, et en gravissant des échelons. La différence, c'est qu'elle semble réussir et être heureuse avec son train de vie, alors que de ton côté, tout s'est écroulé. Tu allais répondre, mais voilà qu'elle relance le sujet et retourne la discussion vers toi. Heureusement, la question est assez facile à esquiver et encore une fois, elle continue de parler avant que tu puisses placer un mot, ce qui te donne le temps de réfléchir à une réponse.

Le reste de la discussion ne t'enchante guère, et tu sens ta bouche devenir sèche. Elle est en train de te perdre sans même que tu t'en rendes compte. Ses paroles résonnent en toi et le choc est assez douloureux puisqu'il te rappelle ta propre expérience. Toutes ces années de travail pour t'être finalement fait jeter à la poubelle. Tout ce dévouement, cet épuisement, ce travail acharné pour avoir finalement été mit de côté au moindre pépin qui ne pouvait plus t'assurer une place en sein du groupe dans le futur. Tu tournes la tête sur le côté, et tu fais maintenant face à l'extérieur.

- Oui. J'ai des amis dans le milieu. Et oui. Je suppose que tu as raison.

Tes réponses se font plutôt courtes et sèches. Tu es revenu au Hiroshi que tu incarnes depuis plusieurs mois et qui refuse de montrer des émotions pour ne pas se laisser atteindre. Tu n'ajoutes rien à la discussion. Tu voulais lui dire que tu ne trouves pas qu'être youtuber soit quelque chose d'embarrassant, puisque tu sais que ça représente beaucoup de travail. Et même peut-être lui demander si elle accepterait de te montrer son travail. Mais le reste de ses paroles ont fait en sorte d'ouvrir encore une fois les plaies que tu avais presque réussis à oublier durant quelques minutes, et voilà que tu n'as plus du tout envie de parler. Tu observes le ciel à l'extérieur, sans bouger, et tes lèvres se tiennent serrées. Tu ne souhaites pas en ajouter plus sur le sujet et à moins de piquer ton intérêt une nouvelle fois, ce qui serait très étonnant vu ta situation, tu ne risques pas d'être une nouvelle fois enclin à la discussion pour aujourd'hui.

- Je vais bientôt devoir aller prendre une douche.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Reiko
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: Oh fxxk, not her again (Akiyama Hiroshi)   Ven 31 Mar - 0:58

Tu essaies de te repasser toute la discussion dans ta tête alors que son ton se veut assez sec et que son regard particulièrement froid. La température de la pièce semble même avoir baissé alors que tu le vois retourner se tapir dans son cocon, loin du monde extérieur.

Tu ne comprends pas, en fait. Tu ne vois pas ce que tu ais pu dire, dans les dernières minutes, pour le pousser à réagir de la sorte. Il te semblait que votre discussion avait été légère, sans implication alors que tu ne l’avais pas forcé une seule fois d’abaisser ses barrières, ce dernier avait décidé de le faire de lui-même. Tu te retrouvais donc démunie face à ce changement soudain de sa part et hésitante quant à la démarche à prendre. Bien évidemment, il souhaitait couper court à la discussion, te faisant savoir qu’il serait bientôt l’heure de sa douche.

Une partie de toi avait envie d’hurler et de le secouer pour lui faire comprendre que s’enfermer de la sorte ne lui causerait que du tort. Or, tu ne le connaissais pas encore assez pour te permettre de juger sa façon de faire et ses réactions. Tu restas donc muette un instant, tes prunelles posées sur lui, un peu dépassée par les événements actuels.

Tu te lèves finalement de ta chaise, la repoussant vers l’arrière de façon plutôt bruyante, comme pour attirer son attention. Tu ne voyais pas ni ne comprenais ce que tu avais pu dire pour l’amener dans un tel état. Après tout, il s’était intéressé quant à savoir si tu étais musicienne et où performais-tu. Tu lui avais donc donné une réponse honnête au sujet de ta carrière tout en évoquant la possibilité que tu avais eut de travailler pour une agence, offre que tu avais refusé alors qu’il était tout simplement hors de question que tu n’appartiennes à une autre personne que toi-même.

- J’aurais vraiment envie de m’excuser, cependant, j’ignore ce que j’ai pu dire ou faire de mal. Et si je me fie à ta coopération habituelle, il n’y a aucune chance pour que tu me fasses part de ce qui cloche.

Un soupire s’échappe de tes lèvres alors que tu t’éloignes de son lit et t’approches de la porte. Est-ce que cela en valait réellement la peine de te prendre la tête avec lui alors qu’il allait sûrement t’ignorer superbement ou te donner des demi-réponses qui n’auraient rien de satisfaisantes. Ton regard tomba sur le petit meuble où tu avais mis les bentos qu’il aurait loisir de manger lors des prochains jours. Pour peu qu’il en ait envie. Tu avais soudainement l’impression d’être la pire personne qui pouvait exister sur cette planète.

- T’es pire qu’une fille quand tu t’y mets. Un moment ça va puis l’autre, plus du tout, sans que je ne saisisse ce qu’il s’est passé. Je vais t’apprendre quelque chose d’assez surprenant. Je ne suis pas télépathe. Alors, à moins d’utiliser des mots, il y a peu de chance que je comprenne pourquoi tu me rejettes de la sorte.

Tu ouvres la porte, ne voyant pas l’intérêt de t’attarder plus longtemps. Ta douce et agréable discussion avec Hirotoshi semble avoir touché sa fin et tu ne voyais pas l’intérêt d’essayer de le ramener vers toi. Tu doutais fortement pouvoir y arriver. Il venait de s’isoler dans un coin de sa tête et avait posé son regard bien loin sur l’horizon.

Certes avais-tu réussi à en apprendre un peu plus sur lui aujourd’hui, de ce qu’il aimait, quelques centres d’intérêts. Et tu avais pris des notes, quelque part dans ta tête, pour essayer de t’en souvenir à l’avenir. Or, en apprendre plus sur qui pouvait-il bien être allait sûrement devoir attendre une prochaine fois, comme tu doutais qu’il soit ouvert à poursuivre la conversation avec toi. Sa dernière phrase s’était montrée assez abrupte et franche quant à son désir que tu quittes la salle et le laisse seul, ce qui t’embêtait tout de même un peu, tu te devais de l’avouer.

- Tu essaieras de t’alimenter les prochains jours. Cela te donnerait peut-être bien un peu de couleur.

Un dernier sourire, cette fois-ci un peu plus faible que les précédents et voilà que tu quittes la salle, ressassant encore et encore votre discussion, à la recherche de n’importe quoi que tu aurais pu dire de travers, sans trouver, bien malheureusement.

Ce qui avait le don de t’énerver encore plus.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: Oh fxxk, not her again (Akiyama Hiroshi)   

Revenir en haut Aller en bas
 
Oh fxxk, not her again (Akiyama Hiroshi)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos choux :: Section RP :: Mystery Box-
Sauter vers: