Partagez | 
 

 « One little lie » Ft. Reiko & Kuma

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
Aller à la page : Précédent  1, 2
AuteurMessage
Hashimoto Seiji
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Jeu 30 Mar - 22:09

Tu t’attendais à ce que ta tendre moitié te réponde quelque chose du genre mais tu dois bien te rendre à l’évidence. Après lui avoir proposé de rester, vous ne pouvez pas vraiment retourner dans le salon et lui demander de prendre ses choses et de s’en aller. Tu ressors donc de la chambre, un peu calmé, avec l’intention de lui proposer un café ou autre boisson du genre pour lui faire plaisir l’espace de quelques minutes. Évidemment, tes plans ne se déroulent encore une fois pas comme prévu alors qu’elle tente de te faire sentir coupable pour que tu acceptes de lui offrir le repas. Pourtant, ce n’est pas vers toi qu’elle se tourne pour demander, mais vers Kuma. Tu espères durant un instant qu’il puisse trouver une excuse mais à ta grande surprise, il accepte plutôt l’invitation. Invitation qui n’en est pas vraiment une puisqu’elle vient de s’imposer.

Tu pousses un long et profond soupir, insatisfait de la tournure des choses. Tu connais ta sœur et tu sais que le repas risque de s’éterniser. Voilà en plus qu’elle te prend par le bras pour te tirer vers la cuisine. C’est à croire qu’elle a l’intention de préparer un festin gastronomique, alors que tu aurais préféré faire quelque chose de plus simple et plus rapide. Tu as rarement des soirées complètes avec ton copain ces derniers temps et déjà que sa présence a provoqué des malentendus, voilà que tu te fais bloquer par ta sœur jumelle dans tes plans amoureux.

Tu la laisses te tirer, l’air totalement désintéressé, alors que tu lances un regard à Kuma derrière toi pour lui faire comprendre que tu es découragé. En plus, comme d’habitude, elle parle trop et n’a pas de filtre. Tu manques toi aussi de filtre, mais vous n’êtes pas situés dans la même catégorie. Malgré ton manque de compréhension dans certaines situations, tu sais qu’il y a des choses qui provoquent des malaises et qu’il vaut mieux ne pas dire. Et si tu le sais c’est parce que même toi, qui a du mal à saisir ce genre de choses, tu te sens inconfortable. Tu grognes un peu, mécontent, alors qu’elle te laisse devant un comptoir pour aller fouiller dans votre réfrigérateur sans se gêner.

- J’ai déjà préparé des choses, il y a des restants, ça risque d’être moins long. Et ne parle pas de lui comme ça. Et d’ailleurs c’est lui qui est venu me parler.

Tu te rends jusqu’au réfrigérateur et la pousse doucement de côté pour sortir des plats soigneusement organisés et rangés, avec les dates indiquées dessus. Comme tu sais qu’il arrive à Kuma de rentrer tard et qu’il ne peut pas cuisiner pour lui-même, tu prépares toujours des choses en avance pour qu’il puisse simplement les réchauffer et ne pas mourir de faim. Tu sais que ta sœur est végétarienne et tu prends donc la peine de sortir plusieurs plats de légumes car malgré ce que tout le monde semble croire, tu as quand même un minimum de considération. Tu lances un autre regard à Kuma, assis un peu plus loin, qui boit tranquillement son verre d’eau.

- Mais oui… C’est vrai qu’il est… ‘’canon’’, comme tu dis.

Ça ne fait pas vraiment partie de ton vocabulaire, mais tu ne peux qu’approuver ses dires. Tu aimerais pouvoir profiter un peu plus de ses bons gènes mais malheureusement, ce n’est pas possible pour l’instant. Tu te mets à réchauffer les plats et à sortir les ustensiles nécessaires. Tu n’as pas vraiment faim, mais autant en finir avec tout ça le plus vite possible. Tu décides finalement d’ajouter une bouteille de sake sur la table. Tu aimes bien prendre un peu d’alcool avec tes repas une fois de temps en temps, surtout lorsque tu n’as pas de travail le lendemain.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Reiko
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Jeu 30 Mar - 22:58

Tu marmonnes quelque chose tout bas alors que ton frère te pousse pour qu’il puisse lui-même choisir de ce qui allait composer votre souper. Tu l’observes donc faire, peu surprise de voir son frigo parfaitement rangé avec des dates sur tous les plats. Tu étais aussi désordonnée que lui était organisé. Vous étiez aux antipodes sur presque tous les sujets.

- YAH ! Tu comptes donc me recevoir à souper avec des restants ? Tu devrais avoir honte de toi et de ton hospitalité, Hashimoto Seiji !

Une moue se dessine sur ton visage alors que tu en serais presque insultée, si ce n’était qu’il ne t’avait pas invité et que tu t’étais imposée chez lui en cette soirée de printemps. Peut-être bien ruinais-tu tous ses plans, ce qui ne serait pas surprenant, cependant, tout ça ne serait pas arrivé s’il avait décidé de t’inviter avant et de te présenter au charmant jeune homme qui était appuyé contre le comptoir et vous regardait tranquillement. Cela devait bien faire quelques mois qu’il était rentré au Japon en agréable compagnie et, si tu avais été patiente, tu trouvais que quelques mois commençaient à être un peu trop.

- Je n’en ai pas douté une seule seconde, qu’il a dut faire les premiers pas. Si tu veux mon avis, le contraire m’aurait plutôt étonné.

Il n’y avait aucune méchanceté ni critique dans ce que tu disais, tu t’étais seulement exprimée comme une soeur qui connaissait très bien son jumeau. Certes avait-il changé, dans sa façon de s’exprimer notamment, plus ouvert à l’idée de comprendre les autres et beaucoup plus en contact avec ses propres émotions. Toi qui l’avait perdu de vue pendant des années, tu étais tout de même rassurer de voir qu’il avait sut évoluer. Tu avais passé des années à le défendre lorsque certains enfants décidaient de se moquer de lui et à essayer de le faire sortir de sa bulle. Tu avais finalement abandonné quelques années plus tard alors que malgré tous tes efforts, lui-même ne semblait pas vouloir changer. Kuma en était sûrement pour quelque chose.

Tu décidas donc d’aider ton frère à cuire les légumes et réchauffer les restants. Tu te demandes vaguement s’il s’agit-là qu’il se souvient de ton choix au niveau de ton alimentation ou s’il essaie seulement d’avoir des repas équilibrés.

- Vous vous êtes rencontrer comment ?

Tu observes Kuma qui quitte des yeux son verre d’eau pour reporter son attention sur vous deux. Il se demande vaguement s’il devait répondre lui-même ou si Seiji le ferait. Car, bien honnêtement, il ne se souvenait plus particulièrement de sa première rencontre avec Seiji, si ce n’était qu’il avait oublié son porte-monnaie dans la voiture de ce dernier alors qu’il avait ramené sa carcasse imbibée d’alcool aux portes de l’agence. Il aurait pu aussi inventer un mensonge, cependant, l’idée ne lui était pas très tentante.

- Il jouait avec un petit groupe underground dans un bar et j’ai été charmé par ses beaux yeux.

Ayant abandonné ton frère à la cuisine pour te rapprocher de la table et te servir un verre de sake (s’il l’avait sorti, c’était évidemment pour que tu en profites), tu ouvris grand les yeux pour les posés sur ton jumeau. Il avait toujours été bon musicien, tout comme toi, cependant, il s’agissait-là d’une histoire que tu ne connaissais pas sur ce dernier. Ayant été absente pendant presque les dix dernières années, tu étais la seule à blâmer.

- Un groupe underground ? Vraiment ?

Ton verre à la main, tu en prends une gorgée avant de te décider à mettre des assiettes et des ustensiles sur la table. Toi qui t’étais imposée ainsi dans leur petite maison tranquille, il s’agissait-là du minimum que tu pouvais faire.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Seiji
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Jeu 30 Mar - 23:29

En réalité, tu n'as pas honte de toi du tout. Tu sais que c'est ta soeur, mais tu ne la considère pas particulièrement comme une invitée pour cette même raison. Vous avez grandis ensembles, avez pris des bains ensembles et malgré vos personnalités opposées, vous étiez jadis toujours accompagnés l'un de l'autre. Tu ne la considère pas comme une invitée de marque et tu ne comprends pas pourquoi tu devrais soudainement préparer un festin de roi simplement parce qu'elle s'est invitée à votre table pour la soirée.

Tu commences la préparation du repas sans rien ajouter et sans répondre à ses commentaires. Tu as l'habitude, de toute façon, et il est assez rare que vous vous complimentiez entre vous deux. Elle te défendait lorsque vous étiez plus jeune mais à partir d'un certain moment, elle t'a elle aussi laissé à toi-même. En même temps, tu ne peux pas vraiment la blâmer puisque tu ne faisais pas grand chose pour améliorer la situation, et que tu n'exprimais pas vraiment de reconnaissance envers elle. Tu te contentes donc de rouler les yeux. Tu trouves ça un peu étrange d'être dans ta cuisine avec ta soeur, qui parle ouvertement de ton copain, qui écoute silencieusement quelques mètres plus loin.

Tu sens qu'ils te regardent alors que Kuma s'occupe de répondre aux questions que Reiko se pose. Tu te remémores d'ailleurs cette soirée, et les tentatives de drague ratées de Kuma. En plus d'être face à quelqu'un qui ne comprenait rien aux subtilités du flirt, la quantité d'alcool dans son sang lui avait grandement fait manquer de jugement. Avec du recul, tu avais finis par te rendre compte qu'il avait sérieusement tenté de te séduire dès le début, et tu avais même réussis à trouver ça un peu drôle. Le bon côté des choses, c'est que ça prouve que tu évolues.

La façon dont elle parle de toi te dérange un peu, même si tu sais qu'elle ne cherche pas à mal faire. C'est la première personne extérieure que Kuma rencontre, celle qui a grandit avec toi, et elle ne semble pas avoir grand chose de positif à dire. Pour le moment, tout ce qu'elle a laissé sous-entendre c'était que tu n'aurais jamais fais le premier pas, et qu'elle est surprise que toi, tu aies pu jouer dans un groupe. Elle a toujours eu des talents musicaux, mais elle est loin d'être la seule. Tu commences à te sentir irrité alors que tu les écoutes discuter et tu délaisses tes plats, qui peuvent bien être laissés seuls quelques minutes, pour faire une sortie de pièce qui est assez remarquée. Tu reviens quelques secondes plus tard avec ta bass, qui prenait la poussière, pour te planter devant ta soeur et Kuma. Ton portable à la main, tu démarres une chanson avant de le déposer sur la table et de te mettre en position, pour finalement jouer un solo le plus naturellement du monde, l'un de ceux que tu as joués le soir ou tu as rencontré Kuma.

Ton expression faciale est sérieuse, concentrée, et tu te laisse emporter par la musique. Tu n'as pas jouer depuis un bon moment, et tu te rends compte que ça te manquait. Pourquoi agis-tu ainsi, tu as du mal à le dire toi-même. Peut-être est-ce une façon de prouver à ta soeur que ce que Kuma dit sur toi n'es pas du barratin, et que tu possèdes effectivement certains talents. Si tu te fiches complètement de ce que les autres peuvent dire de toi, tu n'aimes cependant pas te sentir diminué face à ton copain. Une fois ton petit solo terminé, tu arrêtes la musique avant de lancer un regard à ta soeur et de lui annoncer que oui, vraiment, tu jouais dans un groupe, pour finalement repartir d'où tu étais venu et retourner t'occuper de la cuisine.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Reiko
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Ven 31 Mar - 0:39

Tu ignores ce que ton charmant frère tente de te prouver et tu ne fais qu’esquisser un sourire amusé alors qu’il revient avec une basse. Tu le savais doué en musique, après tout, vous aviez commencer en même temps. Aussi différent pouviez-vous être, vous étiez assez semblable sur certains détails. Vous étiez tous les deux d’excellents musiciens et particulièrement intelligents, sans vouloir vous venter. Tu étais presque désolée pour tes parents, qui n’avaient pas sut t’encourager alors que tu avais besoin de support pour réussir et qui avaient rejeter Seiji alors qu’il y avait une carrière réussie qui l’attendait devant lui. Sûrement que si tu avais poursuivi tes études de façon aussi appliquée que lui, tu aurais pu aussi devenir médecin, ou encore ingénieur. Après tout, tu avais toujours été douée à l’école. Seulement, ta passion avait pris le dessus et tu t’étais sentie obligée de tout donner, sans quoi tu l’aurais sûrement regretter.

Assis sur son tabouret, appuyé contre la table, Kuma regarde son copain avec une attention presque religieuse, une étincelle illuminant le fond de son regard. Il en venait réellement à regretter la présence de Reiko dans sa maison en cet instant précis alors qu’il avait toujours trouvé Seiji terriblement sexy lorsqu’il jouait de la basse. Il lui rappelait l’homme qu’il avait sut sur scène et qui l’avait charmé par son regard sombre et son air mystérieux. Aussi intoxiqué avait-il pu être, il pouvait cependant admettre avoir eut le coup de foudre pour cet homme qu’il a passé les semaines suivantes à draguer plus ou moins subtilement, pour finalement pouvoir partager sa vie, à son plus grand bonheur.

- Tu sais Seiji, je n’ai jamais remis en doute tes talents musicaux. J’étais simplement surprise de savoir que tu pouvais faire parti d’un groupe.

Vous portiez tous les deux le nom Hashimoto, celui d’une petite famille bourgeoise qui aimait rappeler aux autres qu’elle vivait très bien, et mieux que la moyenne même. Cependant, ni l’un ni l’autre ne pouvait encore se dire être réellement membre de cette famille, toi qui avait quitté le nid familial une dizaine d’année plus tôt et Seiji s’était fait renié par vos parents, il n’y avait désormais plus que vous deux. Les jumeaux Hashimoto qui seraient, tu en étais convaincue, deux jeunes adultes accomplies.

- J’ignorais que tu avais gardé le niveau après tout ce temps. Je ne savais pas que tu avais continuer à jouer. Je croyais que tu aurais arrêté, avec les cours et tout.
- Il est excellent même.

Kuma avait dit cela sur un petit ton rêveur alors qu’il se levait finalement de son tabouret pour prendre place à la table et se servir un verre de sake, le repas étant bientôt prêt. Tu fis de ton mieux pour servir les assiettes, se contentant de légumes et de riz pour toi, laissant la viande pour les deux mâles de la pièce.

- Tu t’es souvenu que j’étais végétarienne ?

La question te tournait dans la tête depuis un moment et tu ignorais à quel point ton frère pouvait-il faire attention à toi. Après tout, à première vue, tu semblais lui tomber toujours sur les nerfs et l’énerver constamment. Et donc, tu en serais presque venue à croire que ton frère ne t’aimait pas, si tu ne le connaissais pas mieux que cela. Cependant, tu serais assez surprise s’il affirmait qu’effectivement, il se souvenait de ce genre de détail, te concernant. Certes avais-tu fait une crise, l’année de tes dix ans, après avoir visionner un documentaire, en argumentant que plus jamais tu n’aurais de cadavre dans ton assiette. Tu avais toujours été assez caractérielle.

- Si je comprends bien, vous vous êtes rencontrer en Chine ?

Kuma hocha doucement la tête en commençant son assiette et en accompagnant le tout de saké. Tu trouvais cela presque amusant que deux japonais se soient trouvés dans un petit bar en Chine, comme quoi le destin faisait bien les choses.

- Pourquoi y avoir été Seiji ? C’était pour partir le plus loin possible des parents ou...?

Parce que, bien évidemment, l’idée que tu ne devais pas les mentionner venait de complètement te sortir de la tête alors que tu essayais de rattraper le temps perdu avec ton frère, ce dernier te mettant toujours bien assez vite à la porte de l’hôpital, te disant qu’il avait beaucoup de travail à faire, ou refusant catégoriquement que tu viennes chez lui. Ce qui ne t’avait pas laisser beaucoup de temps, au cours des derniers mois, pour s’intéresser à ta vie.

- C’est excellent, comme toujours, Seiji.

Ou comment tenter de subtilement changer le sujet de la discussion.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Seiji
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Ven 31 Mar - 2:03

Te tenant dos à eux alors que tu prépares des choses sur le comptoir, tu esquisses un sourire. Tu es satisfait d'avoir pu montrer tes talents et prouver que tu n'as effectivement pas perdu la main. Tu as aussi vu comment Kuma t'as regardé, et tu dois te l'avouer, ça te plaît beaucoup lorsqu'il te dévore des yeux et qu'il te regarde avec une certaine admiration. Tu peux presque affirmer qu'il doit grandement regretter d'avoir accepté d'avoir une invitée ce soir.

Tu déposes les plats chauds sur le comptoir en faisant signe à ta soeur de les prendre pour les déposer sur la table. Tu ne portes pas attention à la consommation d'alcool qui se déroule à ton insu. Tu sors finalement de la cuisine pour aller les rejoindre à la salle à manger et prendre place à table près de Kuma, en face de ta soeur, qui se met à vous poser un tas de question. Tu optes personnellement pour le boeuf en te prenant une bonne part de légumes et de riz.

- Bien sûr. Quand tu prends une décision, tu n'abandonnes pas facilement, et tu laisses tout le monde savoir. C'est difficile à oublier.

Toi aussi, tu te souviens de sa crise monumentale d'il y a quelques années, et vos querelles d'enfant opposant une défenderesse des droits des animaux et un gamin intéressé par les bêtes empaillées. Toutefois, tu n'as jamais été en accord avec la violence faite aux animaux et bien que tu aimes les spécimens préservés, jamais tu n'accepterais que l'on tue des bêtes simplement pour les exposer de la sorte. Tu as tout de même des valeurs morales et éthiques.

Tu manges tranquillement jusqu'à ce que Reiko pose une question de trop, et tu lui lances un regard noir avant de décider de faire descendre un premier verre de sake, qui te brûle la gorge autant que tes yeux calcinent le front de ta soeur. Tu remercies Kuma sans pour autant arrêter de regarder ta soeur. Apparemment, elle a du mal à comprendre le message.

- J'ai décidé d'aller en Chine pour parfaire mon éducation, puisque c'est une vraie mine historique et qu'ils ont plusieurs cas particuliers, étranges et scientifiquement intéressants de conservation des corps.

Tu ne portes pas vraiment attention au fait qu'il ne s'agit pas du meilleur sujet à aborder alors que vous êtes en train de déguster un bon repas. Personnellement, tu n'as jamais associé ton estomac à des discussions et tu ne comprends pas pourquoi ni comment certaines personnes peuvent aller jusqu'à perdre l’appétit seulement après avoir entendu quelques phrases.

- Et oui, je faisais de la musique en soirée parce que j'aimais bien jouer avec d'autres personnes, c'était différent, et je suppose que j'ai attiré l'attention de Kuma d'une façon ou d'une autre.

Tu n'as jamais pensé que tu n'étais pas attirant, sauf peut-être durant ta jeunesse, mais tu ne portes pas du tout attention. En réalité, tu as été très gâté par la nature, tout comme ta soeur, et tu reçois souvent des regards admiratifs que tu ne remarque pas. Tu ne vois donc pas trop ce qui a pu pousser Kuma à t'aborder, ce soir-là, et pourquoi il a continué à venir te draguer même si tu n'étais pas trop réceptif. Oh, tu es bien heureux qu'il n'ait pas abandonné puisque tu ne serais pas avec lui actuellement, mais c'est l'un des mystères de ta vie.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Reiko
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Ven 31 Mar - 3:07

Tu t’étais calmée avec le temps, cependant, lors de ta tendre jeunesse, tu n’avais pas été une partie de plaisir pour tes parents qui avaient dut faire avec ce caractère bien propre à toi alors que tu explosais dans des crises dévastatrices. Seiji avait toujours été le plus sage de vous deux alors que, de ton côté, tu t’emportais dans ces tempêtes en ravageant tout sur ton passage, ne serais-ce que pour faire entendre ton point. Bien heureusement, tu t’étais calmée avec les années et si tu étais toujours aussi pleine de vie et caractérielle, tu étais tout de même un peu plus posée.

Tu ignoras superbement le regard noir que Seiji te lançait, te contentant de manger ce qu’il y avait dans ton assiette. Tu lui avais promis de ne pas parler de vos parents, c’était un fait, cependant, tu étais inquiète. Tu connaissais l’histoire sans savoir comment ton jumeau le vivait. Toi qui avait couper les ponts, plus ou moins, avec tes parents dix ans plus tôt, tu avais eu le temps de faire ton deuil. Tu étais donc inquiète et tu ne pouvais bien malheureusement pas t’informer de sa situation comme il semblait décidé de ne pas en parler devant son copain. Ce que tu trouvais assez surprenant en fait, alors que tu aurais cru qu’après tout ce temps, le sujet de la famille aurait déjà été abordé.

La discussion va finalement de bon train alors que tu leurs poses plusieurs questions, qu’il s’agisse de leur rencontre, du parcours académique de Seiji ou encore de la carrière de Kuma. Tu as toujours eu une certaine difficulté avec le concept des idoles, ne comprenant pas comment quelqu’un pouvait aussi aveuglement devenir la marionnette d’une agence qui n’en avait que faire de l’individu mais bien ce que la personne pouvait rapporter. C’était, du moins, l’idée que tu t’en faisais et la raison pour laquelle tu avais toujours refusé de signer avec n’importe qui. Tu étais maîtresse de toi-même et de ta destiné et personne ne choisirait pour toi. Et donc, de ce faire, tu avais toujours refusé les offres que certains te faisaient. Oh, tu ne respectais pas moins le copain de ton frère pour autant, cependant, tu avais quelques difficultés à comprendre ce qui l’avait amené dans le milieu. Au moins n’en faisait-il plus parti, cependant, l’idée t’effleura l’esprit qu’il allait sûrement rapidement rencontrer des embûches comme futur avocat. Non pas que tu le croyais peu compétent, cependant, son passé d’idole pouvait faire douter les autres alors que le droit était un sujet beaucoup plus sérieux.

Sans même que tu t’en rendes compte, voilà que Kuma et toi aviez pris plusieurs verres de saké. Tu sens tes joues devenir rouges et ton sourire un peu plus large alors que le temps passe. Petite comme tu étais, tu avais une bien faible constitution face à l’alcool, ce qui n’était pas surprenant.

- Tu sais Kuma, ton copain était un exhibitionniste, plus jeune. Ou, enfin, la terre entière était son urinoir et si monsieur ne voulait pas s’habiller, et bien, il ne le faisait pas.

Un rire sonore s’échappa de tes lèvres alors que l’homme assis à ta diagonale te suivit dans ton rire. Bon, sûrement ne devais-tu pas partager les souvenirs embarrassants de ton aîné d’à peine quelques minutes, cependant, tu t’en doutais qu’il raconterait de lui-même quelques souvenirs de sa tendre jeunesse. Si toi tu avais été une bombe nucléaire qu’il fallait gérer avec précaution, Seiji avait aussi apporter son lot de problèmes alors qu’il ignorait complètement le principe même des conventions sociales.

Vos parents avaient eut la vie dure.

- Puis bon, il n’était pas particulièrement aimable. Personne ne lui a jamais dit qu’il fallait parfois mentir pour essayer d’être poli. J’ignore combien d’enfants il a fait pleurer en les insultants ou combien de dames a-t-il fâché en déclarant haut et fort qu’elles étaient moches.

Il avait cependant, bien heureusement, eut la chance d’évoluer et s’il ne semblait toujours pas comprendre toute l’étendue et la subtilité des conventions sociales, il avait appris à se taire plutôt que d’offusquer les autres, un apprentissage que tu avais toi-même encore à faire. Kuma commençait aussi à avoir les joues rosées alors qu’il avait accompagné sa belle-soeur dans la descente du saké. Et s’il était sûrement plus habitué qu’elle, il n’était pas non plus très costaud à ce niveau.

- Vous étiez proche, plus jeune ?
- Uhm... Pas vraiment. Je veux dire, en même temps, je le comprends. Je passais ma vie à lui hurler dessus parce qu’il refusait de partager ses jouets. Du coup il voulait encore moins et je gueulais encore plus.

Ce qui résumait assez bien la relation que tu avais avec ton frère, en réalité, bien que les choses s’étaient améliorées alors qu’il avait appris à s’ouvrir un peu plus et que tu étais un peu plus calme qu’auparavant. Kuma se contenta d’attraper la bouteille de saké pour remplir le faire de Seiji. Car alors que vous commenciez tous les deux à ressentir les effets de la boisson, il comptait bien essayer d’embarquer son copain de cette histoire.

- Bon, moi j’ai....

Et alors que tu te relevais avec ton assiette dans les mains avec comme intention d’aller la déposer sur le comptoir, cette dernière t’échappa finalement des mains dans une cacophonie qui t’arracha une grimace, venant s’écraser au sol. Le plus jeune parmi vous se contenta de rire devant une telle maladresse (pour une fois que ce n’était pas lui) alors que tu essayas de te pencher vers l’avant pour ramasser ton dégât, tout ça pour perdre l’équilibre et tomber vers l’avant.

La situation aurait pu être pire alors qu’au final, tu n’avais qu’une entaille, certes un peu profonde, dans la main. Ce qui t’amena bien évidemment à fondre en larme, assise sur le sol de la salle à manger de ton frère, alors que tu voyais déjà ta carrière fichus maintenant que plus jamais tu ne pourrais utiliser ta main. Tu étais à peine dramatique.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Seiji
avatar
Messages : 19
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Ven 31 Mar - 12:01

La discussion est plutôt animée, bien que tu ne sois évidemment pas la personne principale à la faire vivre. Tu réponds rapidement aux questions posées alors que les deux autres se lancent dans des échanges interminables. Tu remarques aussi, au fil du repas, qu'ils ne cessent de remplir leur verre, ce que tu vois d'un mauvais oeil. Bien que Kuma tienne bien à l'alcool jusqu'à un certain point, ses agissements dans des moments pareils sont un peu difficiles à prévoir. Tu ne sais pas de quoi ta soeur a l'air lorsqu'elle a quelques verres dans le nez mais tu peux presque jurer que ça risque de ne pas être très agréable.

Personnellement, tu as arrêté après ton deuxième verre, malgré les tentatives des autres pour le remplir encore une fois. Tu le vide discrètement dans la bouteille. Bien que tu aimes prendre un peu d'alcool durant tes repas, une fois de temps en temps, le but n'est jamais de boire jusqu'à te rendre en état d'ébriété. De toute façon, ce n'est vraiment pas bon pour la santé. Au bout d'un moment, les expressions qui passent sur les visages de ton copain et de ta soeur t'indiquent qu'ils sont probablement rendus à ce stade ou du moins, qu'ils ne sont pas très loin.

Tu lances un regard acéré de couteaux à Reiko alors qu'elle se donne pour mission de raconter les événements troubles de ton enfance. Tu poses un coude sur la table pour te cacher les yeux, découragé par la tournure de la conversation. Tu parles rarement de ton enfance à Kuma et il ne devait probablement pas savoir que tu as jadis eu des comportements douteux. Tu ne vas pas non plus la contredire puisque tout ce qu'elle dit est vrai. Tu n'avais pas conscience des normes sociales et même plus jeune, tu ne les comprenais pas vraiment. À vrai dire, c'était même pire. C'est d'ailleurs pour ça que tu n'avais pas vraiment d'amis et que tu as finis par te renfermer et ne plus faire grand chose, puisqu'on critiquais toujours tes agissements.

Voilà qu'ils rient tous les deux à gorge déployée alors que Reiko en dévoile un peu trop sur toi à ton goût. Tu n'as pas envie que cela donne une mauvaise image de toi et de toute façon, tout le monde a table est déjà au courant que tu n'es pas le roi des relations sociales et que tu n'as jamais particulièrement eu d'amis. Tu pousses un gros soupir sans rien ajouter, jusqu'à ce que ta soeur se lève finalement et fasse une scène, empotée comme elle est. Tu ne peux pas t'empêcher de l'observer un instant, l'air totalement découragé devant cette femme de bientôt trente ans assise sur le sol en train de pleurer à chaudes larmes pour une petite coupure. Tu décides finalement de te lever pour aller chercher ta trousse de premier soin, ayant l'impression que cette scène est assez familière. Tu t'entends beaucoup moins bien avec ta soeur et pourtant, tu ne peux t'empêcher de voir des similitudes entre elle et Kuma. Tu fais d'ailleurs signe à celui-ci de rester assis en lui disant que tu vas t'en charger. Le connaissant, il risque de vouloir aider et de se blesser encore plus.

Tu reviens rapidement et prends soin d'éviter les débris sur le plancher avant de te mettre à la hauteur de Reiko, de prendre sa main et de désinfecter doucement. C'est d'ailleurs quelque chose qui te donne souvent des bons commentaires, à quel point tu peux faire preuve de douceur malgré ton apparence parfois un peu dure. La coupure n'est vraiment pas profonde et en quelques minutes, tout est nettoyé, pansé, et plus rien ne saigne. Tu mets une main sur sa tête et tu lui ébouriffes les cheveux alors qu'elle continue de pleurer.

- Tu as toujours été dramatique, mais à ce point-là... C'est juste une petite coupure, mets de la crème durant les jours qui vont suivre et ça va partir sans même laisser de trace.

Tu la prends par le bras pour la lever debout, puisqu'elle semble maintenant trop empotée pour le faire elle-même correctement, et tu retournes l'asseoir sur sa chaise. Tu prends donc la responsabilité de nettoyer la pagaille avant que quelqu'un se mette un pied dessus. Tu as vraiment l'impression de t'occuper de deux enfants.

- Bon, je pense que c'est assez pour aujourd'hui. Reiko, je vais aller te reconduire chez toi.

Ton ton et ferme et catégorique. Tu n'as pas envie d'attendre que la situation dégénère plus, et tu es fatigué.
Revenir en haut Aller en bas
Hashimoto Reiko
avatar
Messages : 34
Date d'inscription : 23/03/2017
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   Mer 5 Avr - 16:50

Assise au sol, tu te retrouves à fixer ta main en pleurant à chaude larme, envisageant déjà la fin de ta carrière alors que plus jamais tu ne pourrais tenir un violon de ta vie. Certes exagères-tu un peu, cependant, en ce moment précis, alors que tu te retrouves avec un taux d’alcoolémie assez élevé, cela te semble être presque rationnel. Ton frère vient prendre soin de toi et tu as presque une sensation de déjà vu. Ne serais-ce que parce que, lorsque vous étiez jeune, tu étais toujours celle à te prendre pied quelque part et t’écraser la tête contre le sol. Et lorsque ce n’était pas la tête, c’était les genoux ou même les coudes. Tu avais toujours été particulièrement maladroite et t’étais souvent retrouvée recouverte de blessure alors que ton frère allait chercher un linge propre et humide pour essayer de désinfecter le tout.

S’il avait toujours manqué de tact et de talent pour vivre en société, il ne t’avait cependant jamais laissé seule alors que tu pleurais pathétiquement pour une petite égratignure. Tu grimaças alors qu’il passa une main dans tes cheveux, tentant d’essuyer tes larmes alors que la situation n’était plus aussi dramatique que tu l’aurais cru, maintenant que ta main était pansée et que tu ne voyais plus de sang.

- Nooooon, je ne veux pas rentrer maintenant ! J’ai encore tellement de chose à parler avec Kuma !

Ce dernier venait de relever la tête maintenant que son nom apparaissait dans la conversation. Lui qui était resté immobile, sous les ordres de son copain, qui avait sûrement peu envie de s’occuper de deux plus ou moins jeunes adultes ayant peut-être bien abusé du saké.

- Tu pourras repasser une autre fois, Reiko.

Le ton de Kuma était calme et sa réponse t’arracha un sourire. S’il te permettait de repasser, c’est qu’il allait sûrement en discuter avec ton frère et tu en étais bien heureuse. Voilà une dizaine d’années que tu l’avais perdu de vu et tu avais bien envie de renouer avec ton jumeau, qui avait bien changé depuis l’époque où tu avais quitté le domaine familial. Assise sur ta chaise, ignorant comment tu étais passée du sol à là, tu attendis donc patiemment que Seiji finisse de ramasser ton carnage avant de te ramener chez toi.

Tu viendrais donc chercher ta voiture une autre journée, à savoir sûrement demain, comme tu en avais tout de même besoin pour tes déplacements. Tu te relevas finalement sur tes deux jambes pour suivre ton frère alors que tu chancelais un peu, t’agrippant à son bras lorsque tu menaçais de tomber.

- En fait tu veux juste me chasser pour profiter de ton copain. C’est injuste moi je dis !

Sans que tu puisses l’entendre, trop occupée à enfiler tes chaussures sans te retrouver à nouveau au sol, un rire se fit entendre dans la cuisine, sûrement celui de Kuma, alors que tu ne pouvais pas avoir plus raison de ce que tu avançais. Certes étais-ce aussi parce que tu devenais une véritable plaie lorsque tu abusais un peu trop de l’alcool, mais surtout parce que tu avais eu l’idée de t’inviter ainsi, comme ça, chez eux, lors de l’une de leur rare soirée ensemble.

Tu ne connaissais pas ce genre de problème, toi qui était célibataire depuis déjà cinq ans, sans jamais réellement t’intéresser à avoir une quelconque relation avec quelqu’un.

- Jeune obsédé, va.

Venant de toi, cela semblait presque être une critique alors que ton frère te traînait à l’extérieur et te força presque à prendre place dans sa voiture, décidé à te ramener chez toi avant que tu ne brises quoique ce soit d’autre chez lui. Assise dans sa voiture, un léger sourire vint étirer tes lèvres alors que tu ne pouvais qu’admettre que ton frère t’avait manqué et tu espérais qu’à l’avenir, il se montre plus ouvert à l’idée de passer du temps avec toi. Tu savais que tu étais bruyante, parfois difficile à supporter, mais il était ton jumeau et donc, par conséquent, n’avait pas le choix.

Du moins, tu ne lui laisserais pas le choix.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé
MessageSujet: Re: « One little lie » Ft. Reiko & Kuma   

Revenir en haut Aller en bas
 
« One little lie » Ft. Reiko & Kuma
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 2 sur 2Aller à la page : Précédent  1, 2

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Nos choux :: Section RP :: Mystery Box-
Sauter vers: